Banque Of Africa-Burkina Faso (BOA-BF) a procédé récemment à une offre publique de vente (OPV) de 100 000 titres couronnée par un succès. Dans les lignes qui suivent, Laurent Basque, directeur général de la filiale burkinabée du groupe bancaire, donne quelques précisions supplémentaires sur cette opération. Interview.

Les Afriques : BOA-BF vient de procéder à la vente de 100 000 actions sur le marché régional. Quels sont les objectifs de cette opération ?

Laurent Basque : Créée en 1997, la BOA-Burkina Faso, qui a démarré ses activités en mars 1998, occupe la 2ème place sur le marché national, tant en ressources qu’en emplois. Elle joue donc un rôle majeur dans le financement de l’économie burkinabée. Avec un réseau d’une vingtaine d’agences et de bureaux, la banque veille à renforcer sa proximité avec la clientèle grand public, tant sur les grandes villes que dans les provinces. Forte de plus de 80 000 clients, la BOA-Burkina Faso souhaite élargir, par le biais de cette offre publique de vente (OPV) d’actions, la base de son actionnariat.

Les 100 000 actions (dont 70 000 nouvelles actions et 30 000 anciennes actions) mises en vente dans le cadre de cette OPV le sont en prélude à une introduction des actions de la banque sur la cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan (BRVM). Sur ce volume total d’actions de l’OPV, 13 000 actions sont réservées au personnel de la BOA-Burkina Faso et du groupe BOA au prix préférentiel de 20 000 FCFA (environ 30,5 euros). Les 87 000 actions restantes sont vendues au prix de 23 000 FCFA (environ 35 euros). Au terme de l’opération, le capital social de la banque passera de 6,3 milliards FCFA (environ 9,6 millions d’euros) à 7 milliards FCFA (environ 10,7 millions d’euros).

LA : Comment analysez-vous le succès aussi franc dont l’opération a été couronnée ?

LB : C’est vrai que, lancée le 26 octobre 2010 et initialement prévue pour durer jusqu’au 5 novembre 2010, cette OPV a pris fin dès le 26 octobre 2010 au soir. En effet, dès la fin de la première journée de l’opération, environ 1300 souscripteurs se sont manifestés et nous avons enregistré une demande ferme d’actions pour plus de 11,4 milliards FCFA, alors que le montant global de l’OPV portait sur 2,261 milliards FCFA. Cela prouve qu’il existe de la liquidité dans notre zone UEMOA, et particulièrement au Burkina Faso, où plus de 8 milliards FCFA ont été enregistrés. Les épargnants sont à la recherche de bons placements et de valeurs sûres. Les résultats affichés de la BOA-Burkina Faso sont en forte évolution sur les cinq dernières années et notre appartenance au groupe Bank Of Africa renforce le capital confiance. Le taux de souscription de plus de 500% atteste de la grande confiance dont bénéficie la BOA-Burkina Faso et, à travers sa filiale burkinabée, l’ensemble du groupe Bank Of Africa, auprès du public et des investisseurs.

 

Lire la suite sur www.lesafriques.com