AFRIQUE AVENIR - Le taux de bancarisation avoisine 10% en Afrique au sud du Sahara, a appris APA de source proche de la 17ème réunion du groupe régional Afrique des Caisses d’épargne (IMCE) s’est ouverte mercredi à Libreville.

La réunion doit rechercher les voies et moyens susceptibles de mettre des services financiers modernes, compétitifs et attractifs à la disposition des populations à faible revenu non bancarisées dans la mesure à l’inclusion financière des populations défavorisées est déterminante dans la lutte contre la pauvreté, estiment les spécialistes.

A l’ouverture des assises, le directeur général d’IMCE, Chris De Noose, a estimé que les caisses d’épargne doivent revoir leur mode opératoire afin de fournir les services financiers primaires à une grande partie de la population’’.

Selon M. De Noose, les caisses d’épargne et les banques postales peuvent valablement garantir l’accès du pus grand nombre à un compte bancaire de base mais pour atteindre cet objectif, il importe au préalable de répondre à trois questions fondamentales :

’’Comment rendre accessibles et rentables les services bancaires dans les zones à faible densité ? Comment supprimer certaines prescriptions restreignant l’offre des produits des caisses d’épargne ? Et comment rentabiliser l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) ?’’

Avec un taux de bancarisation avoisinant 10%, le pari est loin d’être gagné en Afrique au sud du Sahara. Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, a estimé cependant que le défi est en train d’être relevé dans son pays où une banque postale est en cours de réalisation.

Crée en 1924, l’institut mondial des caisses d’épargne représente environ 103 organisations membres de 89 pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine, d’Europe et du Pacifique.