RDC

laprosperiteonline.net

L’atelier annuel d’évaluation de la mise en œuvre de la réforme sur la bancarisation de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat a vécu hier, jeudi 19 mars, à l’Hôtel du Fleuve Congo. Lancé par Michel Bongongo, Ministre d’Etat en charge du Budget, ces assises ont permis aux parties prenantes de passer en revue les progrès réalisés, passant par les difficultés rencontrées par les services de l’Etat impliqués, pour proposer des pistes de solutions les mieux adaptées, afin d’un aboutissement heureux de cette réforme. Le but visé ici est de permettre, entre autres, la poursuite de la bancarisation dans les territoires à accès difficile.

Au-delà des Membres du Gouvernement, la rencontre a mis autour d’une même table, les Membres du Bureau de l’Association Congolaise de Banque, du Comité de suivi de la paie, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), la Police Nationale Congolaise (PNC), le SECOPE, le Conseil Supérieur de la Magistrature, la Fonction Publique, ainsi que les Représentants des différents Syndicats.

A cet effet, Michel Bongongo a rappelé que la bancarisation est l’une des réformes de deuxième génération mises en place pour renforcer l’efficacité de l’Etat, et contribuer à l’émergence du pays. Raison pour laquelle, elle permet au Gouvernement d’assurer la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat dans le mois, d’éviter son glissement d’un mois sur l’autre et de prévenir toute accumulation d’arriérés. Grâce à cette réforme, à travers l’harmonisation préalable du circuit de la paie, la maîtrise des effectifs et des enveloppes salariales est assurée.

C’est d’ailleurs, ce qui explique que 669.066 agents et fonctionnaires de l’Etat ont touché régulièrement leur salaire sur le territoire national, par les 15 banques intervenantes.  Cela, contre moins de 2500 en août 2011, lors du lancement ...

lire l'article complet ici