" />
28 août 2013

La France adopte sa réforme du système bancaire

rfi.fr - 18/07  La réforme bancaire a été définitivement adoptée en France, ce jeudi 18 juillet 2013 au matin, après le vote du Sénat. Le Front de gauche s'est abstenu, la droite (UMP, UDI) a voté contre. Le but de cette réforme est de mieux recadrer et réguler la finance.

L'objectif de cette réforme est de séparer clairement les investissements des dépôts, pour protéger les épargnants et limiter les risques. Elle est évidemment inspirée de la crise des « subprimes » aux Etats-Unis. Les banques devront donc créer une filiale dédiée aux investissements menés pour leur propre compte et pour leur seul profit. Elles n'auront plus le droit de toucher aux fonds déposés par leurs clients.

A l'instar des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, les banques françaises devront également se doter d'un fonds, pour résoudre d'elles-mêmes, en toute autonomie, leurs difficultés financières. Ainsi, l'Etat ne sera plus obligé d'ouvrir son porte-monnaie pour sauver une banque et assumer à sa place les conséquences de ses mauvais choix.

Moins de risques et plus de contrôle, les autorités de régulation verront leur pouvoir renforcé, et les banques devront désormais montrer patte blanche : publier le nom et la nature de leurs activités, pays par pays, déclarer leurs bénéfices, leurs effectifs, les subventions reçues, sous peine de sanction..... lire l'article au complet ici

Posté par oxkard à 03:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bancarisation électronique en Afrique : UBA Bénin innove avec son produit «UBA Africard»

La presse du Jour -12 juillet 2013 -  En prélude au lancement de la carte Visa prépayée UBA Africard, le Groupe  United Bank for Africa Benin (UBA Bénin) vient de démarrer son initiative « Cashless Bénin ». A travers celle-ci, ce groupe met à la portée de toute la population béninoise la carte prépayée  «UBA Africard» qui vient siffler la fin de nombreux maux d’insécurité et de pauvreté. C’est à la faveur d’une conférence de presse tenue au Bénin Marina Hôtel hier  jeudi 11 juillet 2013 que le Groupe a présenté ce nouveau produit.

« UBA Africard » ; tel est le nouveau produit que  United Bank for Africa Benin (UBA Bénin) met désormais sur le marché à travers l’initiative «Cashless Bénin». Ce produit qui  vise à  réduire l’espèce dans la circulation est un signal fort  pour faire du Bénin le premier pays des paiements électroniques. D’une durée de vie de deux ans,  cette carte peut charger jusqu’à cinq (05) millions de francs CFA.  D’après les explications données par les membres du Groupe hier jeudi 11 juillet 2013 au Bénin Marina Hôtel, la carte  «UBA Africard» est actuellement le meilleur porte-monnaie électronique. Elle permet à tous détenteurs de faire trois translations importantes. Il s’agit du retrait chez un distributeur automatique, l’achat dans un supermarché et des opérations bancaires via internet.  «Elle est facile à utiliser et bien sécurisée. La carte est une banque 24/24», ont-ils laissé entendre.  A les en croire, « UBA Africard » est une réponse aux besoins de gestion des espèces par la population. Elle a pris en compte toutes les autres difficultés auxquelles la population était confrontée avec les cartes bancaires électroniques existantes. Avec ce produit,  UBA a également des solutions pour permettre aux clients détenteurs d’avoir accès à tous les autres comptes bancaires.  En effet pour UBA, le monde devient de plus en plus globalisé et digitalisé. Il faut donc mettre à la portée de toutes les couches sociales une carte visa prépayée afin de contribuer à la réalisation des décisions de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao)  et aux efforts des autorités politiques et monétaires pour faire du Bénin en la matière un pays modèle dans la zone Uemoa. Cette initiative, ont-ils souligné, vise à  accélérer les échanges commerciaux  grâce aux moyens modernes de paiement de la globalisation et accroître le taux de bancarisation des 80 millions de population de la zone Uemoa.... lire l'article au complet ici

Posté par oxkard à 02:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2013

Un compte bancaire à bas coût bientôt disponible chez les buralistes

drapeau_france la-croix.com  Il sera accessible à tous, sans condition de revenus. À partir du mois de novembre, le « compte nickel » pourra être ouvert en quelques minutes après avoir acheté chez un buraliste un coffret contenant une carte de paiement Mastercard et fourni un document d’identité et un numéro de téléphone. Le relevé d’identité bancaire (RIB) sera alors immédiatement créé, tout comme le code de la carte.

« Il sera possible de domicilier ses revenus, d’effectuer des retraits, de déposer de l’argent et de payer par carte dans le monde entier ou par prélèvement », a expliqué mardi 11 juin Hugues Le Bret, président du conseil de surveillance de la Financière des paiements électroniques, à l’origine du projet, et ancien PDG de la société de courtage et de banque en ligne Boursorama.

20 € par an pour une carte de crédit

Aucune possibilité de découvert ou de crédit n’est prévue et la carte coûtera 20 € par an. À ce tarif, il faudra ajouter certaines opérations payantes comme les retraits d’argent, qu’ils aient lieu chez un buraliste ou dans un distributeur automatique de billets. « Il n’y aura pas d’agios, pas de frais d’incident », a insisté Hugues Le Bret, estimant le coût total à environ 50 € par an.

....lire l'intégralité de l'article sur la-croix.com

Posté par oxkard à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2013

Bancarisation au Maroc: Le taux est passé de 24% à 55% en 10 ans

drapeau_maroc

lematin.ma -  S'exprimant lors de la présentation des performances annuelles 2012 du Groupe, Benjelloun a souligné que le total des actifs bancaires au Maroc a triplé au cours de la décennie pour atteindre plus de 1.000 milliards de dirhams (MMDH), alors que le produit net bancaire des banques a doublé, s'établissant à 32 MMDH.

Et d'ajouter que les fonds propres des banques marocaines ont quadruplé, durant la même période avec un total de près de 115 MMDH, tandis que les crédits à l'économie en croissance de 225%, ont atteint les 723 MMDH.

Dans un contexte de meilleure maîtrise du risque, a-t-il poursuivi, le taux de sinistralité global des banques a reculé de près des trois quarts passant de 19% en 2002, à un peu moins de 5% en 2012, ajoutant que les ressources bancaires ont cru de 123% pour s'approcher de 663 MMDH.

Les effectifs de nos banques en hausse de plus de 41 pc ont, pour leur part, atteint 33.858 personnes au cours de la décennie, tandis que le nombre d'agences a doublé pour s'établir à 5.434, a-t-il ajouté, notant que le nombre des cartes bancaires a été multiplié par plus de 6 en 10 ans, pour atteindre 9,3 millions de dirhams (MDH).

«Quel éloquent bilan pour le secteur bancaire national en 10 ans», s'est félicité Benjelloun également président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), soulignant que le Royaume,....... lire l'article au complet

Posté par oxkard à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

UEMOA : Le niveau de bancarisation préoccupe

logo_uemoa

news.aouaga.com - Les responsables de la Fédération des banques et établissements financiers des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest- africaine (FAPBEF-UEMOA) ont animé un point de presse le 2 mars 2013 à Ouagadougou. Une occasion qui leur a permis d’aborder avec les journalistes, les questions liées entre autres, à la bancarisation, au blanchiment d’argent et au financement de l’économie dans leur zone.
Renforcer les capacités des établissements de crédit par l’organisation de séminaires et d’ateliers sur des thèmes d’intérêt pour la profession bancaire, promouvoir les systèmes bancaires de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), servir d’intermédiaire privilégié entre les établissements de crédit et la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et des toutes les organisations régionales et internationales, tels sont entre autres, les objectifs de la Fédération des associations professionnelles des banques et établissements financiers de la zone ouest- africaine (FAPBEF-UEMOA). 
Les responsables de cette organisation ont donné aux journalistes de plus amples informations sur leurs structures pendant un déjeuné de presse, le mercredi 20 mars à Ouagadougou. Selon les propos du nouveau président de la FAPBEF-UEMOA, Pierre Zerbo, la structure qui a été créée en 1995 a mené plusieurs activités. Il cite notamment la tenue d’ateliers, le financement des économies et les propositions faites pour l’amélioration du taux de bancarisation. La fédération travaille au respect des règles d’éthique et de déontologie de la profession bancaire, ........lire l'article au complet

Posté par oxkard à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Plaidoyer pour le renforcement de la bancarisation

 

afrikblog

APS - Le directeur du département de la gouvernance et des réformes économiques et financières à la Banque africaine de développement (BAD), Isaac Lobé Ndoumbé, a souligné la nécessité de renforcer la présence du secteur financier en Afrique où moins d’un quart de la population adulte détient un compte auprès d’une institution financière formelle.

‘’Il y a encore beaucoup à faire pour pousser les limites et contraintes en vue d’augmenter le nombre de personnes bancarisées en Afrique (…) Ce qui constitue un frein pour la capacité du continent à croitre et à sortir de la pauvreté’’, a dit M. Ndoumé. Il s’exprimait au cours d’un atelier régional axé sur les enseignements d’un ouvrage intitulé ‘’La Finance en Afrique : au-delà de la crise’’. La rencontre était organisée par la BAD et la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO).

Selon cette publication, moins d’un quart de la population adulte en Afrique détient un compte auprès d’une institution financière formelle........ lire l'article au complet

Posté par oxkard à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bancarisation des allocations des étudiants à Ecobank-Bénin, L’université de Parakou entre dans la danse

 

drapeau_benin

Quotidien le matin - A l’instar de leurs camarades de l’université d’Abomey-Calavi, les étudiants boursiers et secourus  de   l’université  de Parakou  sont désormais en pleins pieds dans le système de bancarisation de leurs allocations universitaires. Le directeur du Centre des œuvres universitaire et sociale de ladite université, M. Armand Natta, a procédé le vendredi dernier, au lancement officiel  de la mise en pratique de cette réforme.   Au total 317 étudiants  ont été servis au cours dudit lancement.

Ils sont au total trois cent dix-sept (317) étudiants  à donner  le top   de cette réforme sur le campus  de la cité des Kobourou.  Le D.Cous, rappelant  les avantages de cette nouvelle  réforme,  a fait remarquer que les étudiants, par ce partenariat avec Ecobank, bénéficient gratuitement d’un compte  courant avec une carte Azur.  Ce qui leur permettra de faire leurs opérations de retrait et toutes autres y afférant. Selon M. Armand Natta, la bancarisation des allocations universitaires permet au monde estudiantin concerné   de simplifier et de rationaliser la gestion de leurs  allocations et de  favoriser l’allègement des traitements».  A l’en croire, ceux- ci  devront donc, à la fin de chaque mois aller à la banque percevoir leur dû.  Par ailleurs, il est à préciser pour cette première vague,  les agents d’Ecobank-Bénin de Parakou ont effectué le déplacement sur  le campus aux fins de servir la couche estudiantine.

Leonel EBO

Posté par oxkard à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2013

Taux de bancarisation : 3% pour Madagascar

madagascar newsmada.com - Le taux de bancarisation reste très faible à Madagascar avec 3% en tenant compte du nombre de titulaires de compte bancaire par rapport à l’ensemble de la population, selon les récentes statistiques de la Banque centrale.

Particuliers et entreprises commencent de plus en plus à recourir aux produits bancaires. L’origine véritable de cette tendance haussière reste méconnue mais certains experts pensent que c’est l’une des conséquences de la situation de crise et d’autres tablent sur les facilités d’accès offertes par les institutions bancaires. Toutefois, si cette situation peut être assimilée à un besoin d’argent des ménages malgaches, elle est avantageuse pour le système bancaire et l’ensemble de l’économie nationale. Par ailleurs, la concurrence qui sévit dans le système bancaire de la Grande Ile contribue à l’accroissement du nombre ....... lire l'article au complet.

 

Posté par oxkard à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

UEMOA : Le niveau de bancarisation préoccupe

news.aouaga.com  - Les responsables de la Fédération des banques et établissements financiers des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest- africaine (FAPBEF-UEMOA) ont animé un point de presse le 2 mars 2013 à Ouagadougou. Une occasion qui leur a permis d’aborder avec les journalistes, les questions liées entre autres, à la bancarisation, au blanchiment d’argent et au financement de l’économie dans leur zone.

Renforcer les capacités des établissements de crédit par l’organisation de séminaires et d’ateliers sur des thèmes d’intérêt pour la profession bancaire, promouvoir les systèmes bancaires de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), servir d’intermédiaire privilégié entre les établissements de crédit et la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et des toutes les organisations régionales et internationales, tels sont entre autres, les objectifs de la Fédération des associations professionnelles des banques et établissements financiers de la zone ouest- africaine (FAPBEF-UEMOA). Les responsables de cette organisation ont donné aux journalistes de plus amples informations sur leurs structures pendant un déjeuné de presse, le mercredi 20 mars à Ouagadougou. Selon les propos du nouveau président de la FAPBEF-UEMOA, Pierre Zerbo, la structure qui a été créée en 1995 a mené plusieurs activités. Il cite notamment la tenue d’ateliers, le financement des économies et les propositions faites pour l’amélioration du taux de bancarisation. La fédération travaille au....... lire l'article au complet

Posté par oxkard à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2013

Taux de bancarisation en CI : où en est-on aujourd'hui ?

coteivoierumeursdabidjan.net - Le taux de bancarisation reste une préoccupation majeure des autorités ivoiriennes.

Malgré les efforts enregistrés ces dernières années, les regards restent toujours tournés vers les acteurs du système bancaire.

Le taux de bancarisation est un indicateur qui permet de mesurer le niveau de pénétration des services bancaires dans la population d'un pays. Il est le pourcentage de la population qui utilise les services de banque dans un pays. Arithmétiquement, l’on obtient le taux de bancarisation en divisant le nombre de personnes ayant un compte en banque par celui de la population du pays en question multiplié par cent. Ce taux il faut le préciser représente le nombre de personnes sur 100 possédant un compte bancaire ou usant des services d’une banque. Plusieurs pays d’Afrique de l’ouest y compris la Côte d’Ivoire, affichent un taux de bancarisation très faible. Le cas généralement observé est que les populations préfèrent en majeure partie l’utilisation des moyens de paiement fiduciaires au détriment des moyens scripturaux pour effectuer les transactions. Bien qu’elles s’exposent à un véritable risque sécuritaire dans certaines situations, les populations optent pour cette solution à savoir se déplacer avec d’importante liquidité d’argent qu’un simple chèque ou une carte magnétique. Face à une telle évidence, cette question mérite d’être posée : pourquoi les populations ouest-africaines en général et ivoiriennes en particulier boudent-elles les établissements bancaires ?......lire l'article au coomplet. 

  1  2  3  4  5    Fin »